Votre smartphone va avoir du nez

Un boîtier développé à Toulouse analyse la qualité de l’air, un risque alimentaire ou votre état de santé. Rubix Wear, c’est le premier nez électronique miniaturisé et intelligent qui s’emboîte sur un smartphone. La start-up de Toulouse (Haute-Garonne) Rubix Senses & Instrumentation, spécialisée depuis 2016 dans l’expertise des nuisances intérieures et extérieures, l’a dévoilé au salon CES de Las Vegas. Equipé de microcapteurs, le boîtier est capable d’analyser en temps réel la qualité de l’air ambiant, un risque alimentaire ou un état de santé, à partir d’un gaz, d’une odeur ou d’une haleine, et identifie la source de nuisance.

La municipalité de Los Angeles intéressée par le projet

«Notre nez électronique se concentre sur 72 mauvaises odeurs recensées dans le cloud, comme les colles, la sueur ou la cigarette, explique le fondateur Jean-Christophe Mifsud. Nous avons également travaillé sur d’autres boîtiers spécialisés dans d’autres nuisances : bruit, lumière, vibrations, pression, particules allergènes.»
Ainsi, la ville de Los Angeles a retenu leur technologie pour analyser la qualité de son air, mais aussi pour aider sa police, en détectant le bruit des bris de glace et des armes à feu. La commercialisation du nez miniaturisé (autour de 200 EUR) est prévue d’ici fin 2018. La start-up, qui compte plusieurs entreprises du CAC 40 parmi ses clients, a lancé une levée de fonds de 2 MEUR pour poursuivre son développement. «Par exemple, des montres intelligentes permettront aux particuliers de surveiller la qualité de leur environnement lorsqu’ils amènent leurs enfants à l’école, mangent au restaurant ou font un jogging», annonce Jean-Christophe Mifsud.

Armelle Parion

Voir l’article sur le site du Parisien