Objets connectés. Le Toulousain Rubix renifle l’ambiance au travail

Rubix fait partie de ces jeunes pousses qui veulent changer notre quotidien. Son innovation ? Analyser en temps réel dans l’air ambiant une dizaine de nuisances qui impactent le confort des salariés : la température, l’humidité, le bruit, la lumière, la qualité de l’air, etc.

Jean-Christophe Mifsud, entrepreneur toulousain connu pour avoir fondé la société Alpha Mos qui numérise l’odorat, le goût et la vue, porte un nouveau projet dédié aux sens et à l’analyse des données. Il s’agit d’un objet connecté qui jauge en temps réel la qualité de l’air et de l’environnement sur le lieu de travail.

Composé de plusieurs facettes de détection, cet appareil baptisé Rubix s’intéresse à une dizaine de nuisances qui impactent le confort des salariés : la température, l’humidité, le bruit, la lumière, et la qualité de l’air (globale, identification d’odeurs, et de particules en suspension). En temps réel, le module inspecte les postes de chacun pour alerter sur un point ou un autre, et permettre à l’entreprise de réaliser une cartographie des nuisances dans l’optique de les éradiquer.

« Nous passons 30% de notre temps au travail et 80% de notre activité s’effectue dans un air intérieur. De plus, les études démontrent qu’un meilleur confort en entreprise augmente de 40% la productivité et de 19% la créativité », explique Jean-Christophe Mifsud. Mais les objectifs de l’entrepreneur vont au-delà de la simple mesure des nuisances.

Il entend utiliser ces résultats pour mesurer analytiquement le stress au travail. « Je m’intéresse au syndrome du building malsain (sick building syndrome). Qu’est-ce qui va faire que le taux d’absentéisme est très élevé dans une entreprise ? Est-ce le manque de lumière ? Des odeurs? Du bruit? Tous ces facteurs ont un impact sur le stress et le bien-être du salarié.»

Agnès Fremiot
Photo Hélène Ressayres